C.G.T Saint Gobain Cognac

C.G.T Saint Gobain Cognac

Celui qui lutte peut perdre… celui qui ne lutte pas a déjà perdu…(À méditer) Tous ensemble, unis nous sommes plus forts.


Un quart des entreprises pensent réduire leur masse salariale en 2010

Publié par C.G.T Saint Gobain Cognac sur 8 Décembre 2009, 18:36pm

Catégories : #Actualité

Pour 2010, les entreprises ont, parmi leurs priorités, l'allégement de la masse salariale, selon une étude réalisée par l'Observatoire Cegos.


 

Un quart des entreprises songent à réduire leur masse salariale en 2010, dont 5 % via un plan social. Tel est l'un des enseignements de l'enquête de l’Observatoire Cegos sur la rémunération des cadres, dont les résultats sont publiés ce jour. Pour alléger la masse salariale, le non remplacement des départs est la pratique la plus utilisée (69 %) par les DRH sondés par la Cegos. Autres leviers : la réduction des embauches de jeunes diplômés et une politique de rémunération revue à la baisse.

 

Risque de démotivation


Ainsi, pour 2010, les DRH prévoient des augmentations salariales moyennes de + 2,4 % pour les cadres, soit une tendance équivalente à celle observée cette année. Un millésime 2009 marqué un net recul des hausses de salaires pour les cols blancs. 37 % des cadres interrogés affirment, par ailleurs, n‘avoir bénéficié d’aucune augmentation cette année, contre 19 % en 2008.
« Les entreprises deviennent de plus en plus sélectives et pointues en matière d’augmentations. En ne revalorisant pas ou peu certains salaires de collaborateurs pourtant compétents et performants, l’entreprise court le risque de la démotivation et donc de la baisse d’engagement », souligne Michel Fourmy, manager du pôle ressources humaines de Cegos.
59 % des DRH redoutent en outre des difficultés pour maintenir et fidéliser les compétences clés, tandis que 55 % craignent un désengagement chez leurs managers.

 

Maintien du pouvoir d'achat


Pour 90 % des cadres, la priorité pour l'an prochain reste le maintien de leur pouvoir d'achat. Si 61 % d'entre eux se disent prêts à accepter un blocage de leurs salaires en cas de difficultés pour leurs entreprises, 89 % se prononcent contre une réduction de leurs émoluments.

Commenter cet article