C.G.T Saint Gobain Cognac

C.G.T Saint Gobain Cognac

Celui qui lutte peut perdre… celui qui ne lutte pas a déjà perdu…(À méditer) Tous ensemble, unis nous sommes plus forts.


Sarkozy a l'hérédité qui le démange

Publié par C.G.T Saint Gobain Cognac sur 16 Octobre 2009, 06:55am

Catégories : #Humours


L
a récente et risible affaire du prince Jean, propulsé dans un boulot pour lequel il n'est pas taillé, montre encore un peu plus la nullité du président casseroles.

Merci à Tropical Boy

En l'espace de quelques semaines il aura réussi le tour de force de faire un malaise cardiaque en faisant croire à un coup de chaud, d'avoir un ministre qui tient des propos racistes devant une caméra de télévision, d'avoir un autre ministre dont les moeurs amèneraient le commun des mortels en geôle.

Merci à Placide

Il a eu besoin d'un casting chez les 7 nains pour une visite d'usine et n'a pas remis les pieds à Gandrange, ou il avait promis de sauver le monde et de devenir prix nobel d'économie.

Merci à Chimulus

C'est sans doute inspiré par tant de réussites (on n'a pas parlé du déficit abyssal de notre belle république bananière) qu'il a décidé de faire de son fiston avec piston, un nabab des affaires.

Merci à Jym

A seulement 23 ans, Junior n'est capable de rien mais avide de tout : du pouvoir, de la gloire, de l'argent. Papa lui a fait croire qu'il suffit d'un nom et d'un claquement de doigt pour réussir.

Merci à Delucq

Las ! La sphère médiatique se déchaîne contre un gamin qui ne fait rien de ses journées et qui ne sait pas grand chose. Sarkozy se retrouve avec un problème de plus à gérer, parmi tant d'autres.

Merci à Jardin
Le Sarkozysme triomphant ressemble à un vieux raffiot qui coule avec son capitaine qui s'affaire à jouer au bingo.

Merci à Laurent

Sarkozy nous a beurré la raie avec sa république irréprochable en 2007. Une fois de plus il a fait l'inverse de ce qu'il a lu. Il est grand temps qu'il trouve un nouveau nègre pour écrire ses discours.
Merci à Large

A quand le chien de Sarkozy directeur des usines Canigoux ?


Merci à Florian Roulies
Commenter cet article