C.G.T Saint Gobain Cognac

C.G.T Saint Gobain Cognac

Celui qui lutte peut perdre… celui qui ne lutte pas a déjà perdu…(À méditer) Tous ensemble, unis nous sommes plus forts.


Saint-Gobain met en bourse.........

Publié par C.G.T Saint Gobain Cognac sur 9 Juin 2011, 06:59am

Catégories : #Actualité Saint Gobain

http://coranix.org/action/auch/logo_sud_ouest.gif

Saint-Gobain met en bourse 40 % de Verallia

L'introduction sur les marchés des titres du numéro 2 mondial du conditionnement verrier relance l'idée de sa vente future.

 Le groupe Saint-Gobain, qui conserve la majorité du capital de Verallia, s'est engagé à ne pas mettre en vente les autres titres de l'entreprise pour une durée minimum d'un an. photo archives « so »

Le groupe Saint-Gobain, qui conserve la majorité du capital de Verallia, s'est engagé à ne pas mettre en vente les autres titres de l'entreprise pour une durée minimum d'un an. photo archives « so »

L'annonce a été rapportée hier matin par l'Agence France Presse. Un an et un mois après le changement de nom du pôle conditionnement de Saint-Gobain, le fabricant et distributeur de matériaux de construction se prépare à mettre en bourse au moins 40 % de son activité de bouteilles en verre, Verallia (ex Saint-Gobain emballage). Objectif affiché par la direction : valoriser l'ensemble de la société entre 1,96 et 2,4 milliards d'euros (1). Les employés, eux, redoutent déjà la vente de la marque…

 

Du côté de l'usine de Châteaubernard, l'affaire était entendue depuis longtemps. Le pôle conditionnement avait déjà été proposé à la vente avant la crise économique. L'opération ne s'était pas faite, en l'attente de jours plus fastes. « Cette fois, c'est fait, ou presque… », se résignaient ainsi, dès hier, certains employés de l'usine verrière.

 

Personne n'est dupe. Chacun sait que Saint-Gobain souhaite de longue date se reconcentrer sur l'activité habitat. Et, même si le groupe s'est engagé à conserver la majorité des titres de Verallia pour une durée minimum d'un an, l'entrée en bourse de Verallia est, de l'avis de tous, « un premier pas vers la vente de la filiale ».

 

Pour mieux appâter les futurs actionnaires, le directeur général de Verallia, Jérôme Fessard, s'est d'ailleurs félicité, via l'AFP, du fait que le chiffre d'affaires du numéro deux mondial du secteur, derrière l'Américain Owens-Illinois, ait augmenté de 8,3 % au premier trimestre par rapport au trimestre correspondant de 2010. Il a ajouté avec autant d'enthousiasme que, pour les quatre premiers mois de l'année, la croissance est de 4,8 % par rapport à la même période de l'an dernier.

« Vendue avant l'été 2012 »

 

En revanche, l'homme n'a pas repris des informations rapportées dès la fin du mois de mai par Le Figaro, lorsque Saint-Gobain prévenait que « Verallia afficherait 1,8 milliard d'euros de dette au moment de l'introduction en bourse, contre 327 millions en décembre 2010 »…

 

« Malgré sa dette importante, a esquivé habilement Jérôme Fessard, Verallia prévoit un taux de croissance annuel moyen de son chiffre d'affaires compris entre 3 % et 5 % sur la période 2011-2013 . » Et de conclure en affirmant que l'entreprise envisage de distribuer environ 40 % de son résultat net sous forme de dividendes…

Interrogé hier sur les conséquences de cette entrée en bourse, le délégué syndical CGT de Cognac-Châteaubernard, Dominique Spinali, entrevoyait déjà une vente de la filiale Verallia « avant l'été 2012 ». Inquiet, l'élu du personnel indiquait que le Comité central d'entreprise (CCE), où il siège jusqu'à demain soir, à Paris, proposerait certainement de provoquer un CCE extraordinaire avant la fin du mois de juin.

 

Un expert pourrait être mandaté par les représentants du personnel afin d'offrir une photographie précise de la situation financière de cette branche de Saint-Gobain.

(1) La clôture de l'offre est prévue le 20 juin, la fixation du prix de vente entre 29,50 et 36 euros par action est programmée le 21 juin, la première cotation le 22 juin.

Commenter cet article