C.G.T Saint Gobain Cognac

C.G.T Saint Gobain Cognac

Celui qui lutte peut perdre… celui qui ne lutte pas a déjà perdu…(À méditer) Tous ensemble, unis nous sommes plus forts.


Le PDG de Saint-Gobain.........

Publié par C.G.T Saint Gobain Cognac sur 27 Juin 2012, 07:56am

Catégories : #Actualité Saint Gobain

http://www.lerevenu.com/img/logo.jpg

 

 

Le PDG de Saint-Gobain met en garde le gouvernement

 

Pierre-André de Chalendar a accordé un entretien au Figaro dans lequel il s'élève contre les choix de politique économique et fiscale du gouvernement.

 

Dans l'entretien qu'il a accordé au quotidien, Pierre-André de Chalendar parle davantage en tant que membre du Cercle de l'industrie que président-directeur général de Saint-Gobain. Le quotidien a centré ses questions sur l'actualité économique et fiscale.

 

Pierre-André Chalendar juge tout d'abord «intenables», les écarts de taux d'intérêt d'un État à l'autre, dans la zone euro : «Une réponse politique est indispensable, un saut quantique pour l'Europe, qui doit renforcer ses mécanismes de coopération sur les plans budgétaire et financier ; cela doit aller de pair avec une confiance accrue dans les institutions communautaires.»

 

Le dirigeant de Saint-Gobain donne son diagnostic sur la situation de la France, dont la détérioration du commerce extérieur, «est très largement imputable à l'évolution du coût du travail». Le niveau des salaires n'est pas, selon lui, en cause, qui pointe plutôt les cotisations sur les salaires : «Beaucoup de charges ne relèvent pas du travail et doivent donc être transférées hors de l'entreprise». La compensation pourrait venir d'une taxation de la consommation, «moins élevée en France qu'en Europe», ce qui est donc une «option à étudier».

 

Quant à la taxe de 3% sur les dividendes décidée par le nouveau gouvernement, Pierre-André Chalendar n'en voit pas la logique : «Les entreprises ont besoin d'actionnaires. Or, le renforcement de la régulation du secteur financier, ces dernières années, a réduit la base actionnariale en France. Mieux vaudrait créer un contexte favorable pour orienter l'épargne vers les entreprises.»

Commenter cet article