C.G.T Saint Gobain Cognac

C.G.T Saint Gobain Cognac

Celui qui lutte peut perdre… celui qui ne lutte pas a déjà perdu…(À méditer) Tous ensemble, unis nous sommes plus forts.


Inquiétudes et mobilisations à la Verrerie du Languedoc

Publié par C.G.T Saint Gobain Cognac sur 9 Novembre 2009, 17:10pm

Catégories : #Info fédération du verre céramique




Les salariés de la Verrerie du Languedoc, à Vergèze, construite en 1974 à côté de Perrier afin de fabriquer sur place les bouteilles de l’eau à bulles, se sont réunis le 6 novembre 2009, à l’entrée du site, à l’appel des syndicats CGT/FO/CFDT/CGC.


Ce rassemblement, auquel participaient les élus locaux, était accompagné d’un débrayage de 2 heures.

Il a été organisé pour « mettre Nestlé devant ses responsabilités et rappeler l’accord 2006 prévoyant la pérennité de la verrerie et une diversification vers le vin », a expliqué notre camarade du syndicat CGT, Christophe Englan.


Un rappel « pacifique » alors qu’une rencontre très importante pour l’avenir avait lieu à Paris. Une rencontre mettant en présence Nestlé, qui s’est retiré en 2006, l’actuel propriétaire, la Financière de la Croix Blanche (FCB) et le géant du verre Saint-Gobain, détenteur d’un droit de préemption, qui devait reprendre la verrerie le 1 er janvier 2010 mais ne serait plus intéressé.


Or, pour les syndicats, la FCB, n’a pas les moyens de refaire, comme il s’y est engagé en 2006, le four encore en activité (un investissement de 25 M€ à 30 M€), four qui cessera d’être opérationnel, du fait de son usure, en juillet 2010. FCB aurait dû provisionner 10 M€ par an.


Ça n’a pas été possible, assurent les syndicats sur la base de l’audit demandé dans le cadre du droit d’alerte, car la verrerie facture ses bouteilles à Nestlé 25 % au-dessous des prix du marché.


Etranglée financièrement par ce prix de vente insuffisant, la verrerie pourrait donc, si le four n’est pas refait, fermer et licencier ses 210 employés (192 personnes en équivalent temps plein).


A moins que Saint-Gobain, dont le droit de préemption nuit à la recherche d’autres partenaires, ne reprenne la verrerie et ne la modernise, les accords 2006 prévoyant de livrer 450 millions de cols par an à Nestlé jusqu’en 2016. Et ne remette en route le 2 e four, éteint en 2007, pour compléter la gamme des bouteilles Sud de France, dont la fabrication doit bientôt débuter. Une remise en service qui permettrait de recréer 60 emplois.

Un comité d’entreprise extraord inaire est prévu sous peu.



PDF - 47.7 ko
Le Projet industriel porté par la CGT
Commenter cet article