C.G.T Saint Gobain Cognac

C.G.T Saint Gobain Cognac

Celui qui lutte peut perdre… celui qui ne lutte pas a déjà perdu…(À méditer) Tous ensemble, unis nous sommes plus forts.


Photos du 22 Octobre

Publié par C.G.T Saint Gobain Cognac sur 27 Octobre 2009, 15:30pm

Catégories : #info cooordination des syndicats de SGE

Forte du succès de la journée de mobilisation à Paris et dans les entreprises, la CGT appelle les salariés de l’industrie à se mobiliser plus largement dans chaque région.


Bernard Thibault soulignait dans son intervention à la manifestation que « les salariés en luttant pour l’emploi et le développement de l’industrie, mènent une lutte d’intérêt général », estimant qu’il ne peut y avoir une économie durable et efficace sans un socle industriel fort.


Avec de nombreuses luttes et initiatives dans les entreprises, les bassins d’emplois, les filières, les salariés et leurs syndicats portent l’exigence qu’il ne peut y avoir de fatalité à la désindustrialisation actuelle qui touche l’ensemble du pays.

La responsabilité des dirigeants patronaux, comme du gouvernement, est de plus en plus mise en avant. Profitant d’une situation économique et sociale lourde de conséquences pour les salariés, la plupart des directions d’entreprises accélèrent les mesures de restructuration sous le prétexte de la crise comme responsable.


Les salariés ne sont pas dupes. Ils mesurent que cette logique de financiarisation des critères de gestion des entreprises, avec une recherche permanente d’augmenter les profits, pour les actionnaires, le marché financier est bien la cause de cette crise. La poursuite de cette politique est sans issue pour une reprise de l’activité économique et sociale dans les territoires et filières industrielles.


Il est urgent d’arrêter cette hémorragie de l’emploi, des savoir-faire, des compétences, des capacités de production.

Il est urgent de donner la priorité à une valorisation du travail, à l’emploi qualifié, à l’investissement, à la recherche.


Au-delà du discours, il y a besoin d’une rupture avec les politiques menées depuis plusieurs années par une véritable politique industrielle qui donne une ambition forte au développement de l’activité des entreprises dans une cohérence nationale, régionale et européenne. Forte du succès de cette mobilisation à Paris, ainsi que dans les entreprises, la CGT entend participer aux Etats généraux de l’industrie que le Président de la République vient de lancer.


Ce n’est pas la continuité des choix actuels qui doit l’emporter mais l’écoute de ce que les salariés et leurs syndicats proposent sur le besoin d’une véritable politique industrielle.


La CGT porte des perspectives qui sortent de la logique financière, en particulier les questions de salaire, de qualifications reconnues, des conditions de travail, de la prise en compte de la pénibilité, du départ à la retraite, de l’embauche en CDI, de sécurité professionnelle. L’enjeu est de redonner au travail toute sa place dans l’économie réelle.

C’est également le besoin de droits nouveaux pour les salariés et leurs représentants.
C’est la prise en compte des enjeux environnementaux, d’économie d’énergie, d’une industrie moins carbonée. C’est le besoin d’un pôle public de financement en priorité pour les PME.
C’est relancer fortement le niveau de la recherche, indispensable à la maîtrise et au développement de nouvelles technologies.


Dans les semaines qui viennent, la CGT va poursuivre le débat dans les entreprises en proposant des initiatives convergentes au niveau des bassins d’emplois, des départements, des régions et des filières qui composent l’industrie.


La puissante journée de mobilisation à Paris a montré une détermination, une confiance dans la capacité des salariés à imposer une autre logique que celle du patronat, du gouvernement. C’est un formidable encouragement à poursuivre les actions revendicatives au niveau des régions avec l’ensemble des branches industrielles.


Face au droit sacré de la propriété cher au patronat et au ministre de l’Industrie, la CGT revendique la priorité au droit social, à l’intérêt général pour une industrie créatrice de richesses, d’emplois.


Le 22 octobre est un levier pour donner confiance dans les actions collectives. Ne laissons pas l’avenir de l’industrie dans les mains du monde des affaires.


Montreuil, le 26 octobre 2009

Photos du 22.10.2009

Commenter cet article