C.G.T Saint Gobain Cognac

C.G.T Saint Gobain Cognac

Celui qui lutte peut perdre… celui qui ne lutte pas a déjà perdu…(À méditer) Tous ensemble, unis nous sommes plus forts.


La crise c’est eux La solution, c’est nous !

Publié par C.G.T Saint Gobain Cognac sur 6 Octobre 2009, 14:50pm


La crise c’est eux

La solution, c’est nous !

 

 


Ne laissons pas les affaires du monde aux mains du monde des affaires !

Le 7 octobre pour une vie et un travail décent !

 

Il y a un an, le système bancaire s’effondrait. Les pouvoir publics ont déversé des centaines de milliards d’Euros pour le renflouer :


 


Les coupables de la crise se sont refait une santé : la bourse s’envole, les spéculateurs se frottent a nouveau les mains ; les grands patrons et les traders touchent, à nouveau, leur bonus...

 

Ne laissons pas tout recommencer comme avant !

 

Le sauvetage du système financier a laissé de côté les attentes sociales et lourdement hypothéqué les capacités d’investir pour l’avenir.

 

Les choix retenus conduisent à :

 

° Des emplois détruits par centaines de milliers.

Le chômage a augmenté de 14% en Charente de 2008 à 2009.

 

° Des centaines de milliers de jeunes jetés dans la précarité.

Le temps partiel imposé se généralise. 9 896 personnes (23,51% de la population) allocataires au chômage vivent avec moins de 735€ par mois.

 

 

° Des salaires en bernes.

15% des salariés sont payés au Smic. 5 436 retraités vivant à Angoulême (soit 69,34%) perçoivent une pension inférieure à 799 € par mois.

 

° Une souffrance inhumaine au travail.

Multiplication des suicides dans les entreprises (France télécom, Renault…)

 

° Les Pme, les sous traitants à subir plus gravement les diktats des grands groupes.

 

°Une explosion du travail illégal.

 

° Une explosion sans précédant de la dette publique.

 

°Une protection sociale au bord de l’asphyxie.

La multiplication des exonérations sociales patronales et le sous emploi sont les causes principales des difficultés de financement de la protection sociale.

 

 

 

C’est d’abord le refus d’entendre les salariés et leurs représentants syndicaux qui est à l’origine de ce gâchis gigantesque.

 

Il y a un an, les organisations syndicales françaises entamaient la construction d’un processus unitaire qui allait les conduire à proposer une plate forme revendicative et un agenda revendicatif inédits.

 

Ces grandes dates, articulées aux nombreuses luttes dans les entreprises, ont permis d’obtenir quelques mesures, certes largement insuffisantes, mais atténuant certains effets de la crise.

 

Des succès revendicatifs méritent d’être analysés. Des entreprises sous-traitantes ont réintégré des groupes industriels qui les avaient vendues (SBFM/Renault). Une filière nationale de déconstruction des navires en fin de vie a été gagnée. Tout récemment, le gouvernement a été contraint de manœuvrer sur la majoration des droits des femmes pour la retraite…

 

Mais tout cela reste encore loin des attentes et des nécessités pour construire une issue réelle et durable de la crise.

 

 

L’essentiel est devant nous !

 

Le 7 octobre se situe dans un contexte totalement nouveau du développement des luttes.

 

De nombreuses solidarités d’intérêts grandissent, les initiatives revendicatives se multiplient malgré un silence coupable des grands médias…

 

Plus que jamais les salariés doivent s’engager dans l’action revendicative pour :

 

° L’augmentation des salaires et retraites ;

 

°La création de véritables emplois stables ;

 

°Une protection sociale solidaire et de haut niveau ;

 

°Des services publics et une fonction publique de qualité…

 

 

Le 7 octobre 2009, c’est le rendez-vous de tous pour tous, c’est la solidarité entre tous les salariés et exclus qui, partout dans le monde, affrontent la même crise et qui veulent construire un avenir plus sûr, plus solidaire, une vie et un travail décents.

 

Mercredi 7 octobre 2009

RASSEMBLEMENT A PARTIR DE 11H

ZONE INDUSTRIEL DE MERPINS

 

 

Cognac le 1 octobre 2009                                                                                                    

Commenter cet article