C.G.T Saint Gobain Cognac

C.G.T Saint Gobain Cognac

Celui qui lutte peut perdre… celui qui ne lutte pas a déjà perdu…(À méditer) Tous ensemble, unis nous sommes plus forts.


PRODUCTION ARRÊTÉE, DIALOGUE INTERROMPU ET BRAS DE FER SALARIÉS DIRECTION À SAINT-GOBAIN

Publié par C.G.T Saint Gobain Cognac sur 4 Juin 2009, 01:09am

Catégories : #Actualité Saint Gobain

La première réunion de négociations devait avoir lieu à 10 heures hier matin. La direction l'a annulée après la grève déclenchée à la production


L'usine Saint-Gobain Emballages de Châteaubernard est à nouveau totalement bloquée avec un nouvel arrêt de la production hier matin, quelques heures avant le rendez-vous programmé avec la direction, et par le maintien d'un barrage filtrant à l'entrée de l'entreprise.

La grève a commencé le 21 mai dernier (voir CL du 28 mai) dans les ateliers périphériques, - entretien, maintenance, électricité, mécanique - pour l'obtention du doublement de la prime de rendement, soit 95€ mensuels à ce jour. Elle s'est durcie devant le refus de la direction d'entamer des négociations avant mardi prochain, par la mise en place d'un barrage filtrant le 28 mai et la grève des salariés des chaînes de production. «Je n'ai pas tous les éléments pour négocier avant le 9 juin» assurait alors Philippe Coltat-Gran, directeur de Saint-Gobain Cognac, rejoint par un émissaire de la direction générale. Fin de semaine, veille du long week-end de Pentecôte, la direction avance le rendez-vous au 3 juin, les salariés de la production décident de reprendre le travail, ceux des ateliers périphériques poursuivent le mouvement.

Hier matin, trois heures avant la rencontre direction salariés, la production est arrêtée. «Nous devions avoir mardi soir des propositions à étudier pour la négociation. Nous ne les avons pas. Nous arrêtons le travail». A 8 heures lorsqu'il apprend l'arrêt des chaînes, Philippe Coltat-Gran annule la réunion prévue à 10 heures.

«Il n'a jamais été question de propositions faites avant notre rencontre» déclare pour sa part le directeur de l'entreprise dans le courant de la journée.

Midi, heure des communiqués. Celui de l'intersyndicale CGT, FO, CFDT est adressé à Jérôme Fessard, directeur général de Saint Gobain conditionnement et à Michel Toussaint, directeur général de Saint-Gobain Emballage.

«La surdité du directeur»

L'intersyndicale dénonce: «la surdité et le bras de fer mis en place par le directeur», «une direction qui détériore le climat social en maintenant ses positions» et affirme «que seule l'ouverture de réelles négociations débloquera la situation».

La direction de son côté «fait part de son incompréhension face à cette grève» et rappelle «qu'elle a accepté d'ouvrir rapidement les discussions, voulant favoriser un dialogue loyal et sincère». Elle souligne «le contexte économique difficile, et la mobilisation pour préserver les emplois».

Mais dans son communiqué la direction affirme également attendre une reprise de l'activité pour reprendre le dialogue. «Aujourd'hui j'étais en mesure de faire des propositions» dit-il.

Les syndicats, eux, attendent l'ouverture de négociations pour envisager une reprise du travail. C'est le bras de fer. Ces derniers sont soutenus en cela par la Fédération du verre et de la céramique, qui dénonce en même temps «le turn-over permanent des cadres de direction à Cognac». Solidaires également les salariés des autres sites Saint-Gobain, qui selon l'intersyndicale cognaçaise, auraient refusé de produire des bouteilles avec les moules envoyés de Cognac.

La grève a été reconduite jusqu'à aujourd'hui midi après vote des salariés.

Commenter cet article